24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 16:43

Est-ce que les enseignants sont des éducateurs ? Le sujet est sensible et complexe et il n'est pas rare que le débat s'enflamme lorsque l'on pose cette question. Certains enseignants disent ne pas avoir les moyens d'éduquer, classes et programmes surchargées, manque de formation,..., d'autres reconnaissent ne pas être là pour ça, l'instruction, oui, l'éducation, c'est pas leur affaire.


Et en pratique, que fait le professeur dans sa classe ? Il délivre son savoir, certes, mais sans doute, parfois sans le vouloir, il montre un peu de son éducation(voir plus loin rapport Thélo). La façon qu'il a de s'adresser aux élèves, de gérer le travail de chacun, de noter, de commenter les diverses situations de vie de la classe, etc... Lourde responsabilité que certains enseignants préfèrent ne pas endosser et on peut les comprendre.

Mais qu'on le veuille ou non, l'élève, lui, ne fait abstraction de rien (sauf de certains cours me disait un collègue ). Et le fameux "pourquoi ?" ne tarde pas à apparaître dans la discussion entre l'adulte et l'enfant:

"Monsieur (ou Madame), pourquoi vous me dites que je suis nul ?

"Madame, pourquoi vous en avez toujours après moi ?"

".....pourquoi vous, vous avez le droit d'avoir un portable en classe ?"

Etc, etc...

"Quel manque d'éducation !" diront certains professeurs. S'attaquer à l'adulte tout puissant, quelle fronde, quelle insolence !

Ah ! le bon vieux temps ou on se prenait des coups de règles sur les doigts, des humiliations devant toute la classe, mmmh...,que ça faisait...MAL !


S'adapter à cette nouvelle configuration ou l'enfant donne son avis (parfois de manière ...impromptu), la plupart l'ont bien compris et ne se pose mème plus la question de savoir si cela est normal. D'autres(une minorité ?) vivent très mal, ce partage de la parole (et du pouvoir ?) et font de la résistance, quelquefois au détriment de l'enfant.

Et la classe se transforme alors en camp disciplinaire ou les ordres sont les ordres, où la violence verbale et psychologique (et parfois physique) reste un outil que l'adulte se réserve le droit d'utiliser..."si besoin". Le pire est lorsque cela se produit avec des jeunes qui vivent dans un environnement social ou la violence est quotidienne et les bases éducatives très instables pour ne pas dire inexistantes. Dans ce cas, l'école et ses valeurs républicaines délivre à cet enfant une image très éloignée, sans doute, de ce pourquoi elle a été instaurée.

Mais peut-être que j'aborde un sujet tabou ?


En effet, on parle beaucoup de la violence entre enfants, mais moins de la violence entre enfant et adulte, peut-être parce que cela n'est pas facile à admettre.

 

Certains néanmoins abordent le sujet (voir ICI )

Voir aussi de façon plus générale, les liens suivants:

AC Créteil-Vidéos conférences

AC Lyon -Diaporamas conférences

 

Rapport Thélo: J'ai relevé  quelques passages (pardon pour le Copyright) du rapport de la Commission sur "l'Avenir de l'Ecole" (Claude Thélo), publié en 2004, qui me laisse à penser que si " l'école de la réussite" existe dans le coeur et dans l'esprit de beaucoup de professeurs et de parents, elle est aussi présente sur un rapport qui est peut-être dans un tiroir du Ministère de l'Education Nationale. L'espoir est donc permis...

 

P34/Les missions prioritaires de l’École : Eduquer, instruire, intégrer et promouvoir

Le choix fondamental en faveur de la réussite de tous les élèves se décline en trois axes de réflexion relatifs aux grandes missions de l’École que la Commission juge absolument prioritaires : éduquer, instruire, intégrer et promouvoir.
...............

Parce qu’elle avait peut-être été oubliée, il faut rappeler avec force la dimension éducative de l’École : l’enseignement ne se suffit pas à lui-même, et d’ailleurs, un enseignement strictement réduit à lui-même ne pourrait exister.

Même s’ils ne le savent pas, même s’ils s’en défendent, tous les adultes qui travaillent dans un établissement scolaire font de l’éducation, ne serait-ce qu’à travers l’image du monde adulte dont ils sont porteurs.

 

En conclusion,

Certes les moyens manquent pour que l'école joue pleinement son rôle, les conditions sont difficiles pour beaucoup d'enseignants, mais il y a très surement un débat à ouvrir au sein de l'école pour tenter de remettre l'enfant au coeur de la démarche éducative et des objectifs communs.

Partager cet article

Repost 0
Marcel

Le blog déménage