16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 10:43

Dans la série "Comment prendre en compte les problèmes observés sur le terrain ?", l'exclusion-inclusion est un outil nouvellement proposé dans le projet Ni hérisson NI paillasson.

 

Il est une nouvelle fois la preuve que rien n'est figé dans l'action que nous menons.

 

Par la mise en place de cette procédure, nous avons souhaité répondre à une problématique concernant le suivi des sanctions.

En, effet, il est apparu que lorsqu'un enfant avait été averti plusieurs fois(voir échelle des sanctions), il pouvait parfois être difficile de l'exclure physiquement de la cantine, mème ponctuellement, et ce pour des motifs divers (situation sociale de la famille, retard dans le suivi des sanctions,...).

De plus, reconnaissons que l'exclusion, mème provisoire, n'est pas la panacée, sauf si la période d'éloignement est mis à profit pour permettre à l'enfant de réfléchir, ce qui n'est pas toujours le cas.


Cette situation posait donc plusieurs problèmes:

L'adulte pouvait ressentir un sentiment d'impuissance et d'agacement en voyant que ses demandes n'aboutissaient pas.

L'enfant pouvait avoir un sentiment de toute puissance en constatant que les avertissements n'avaient aucun effet sur lui.

 

A présent, la mise l'écart de l'enfant peut intervenir rapidemment lors du 2e avertissement, sur demande direct de l'animateur-surveillant (fiche de reflexion N°2).

Cette mesure intervient avant la convocation des parents par le service compétent, mais ne bloque en rien la procédure normale (vois tableau sanction).

 

Concrètement, l'enfant visé par une mesure d'exclusion-inclusion est pris en charge au sortir de la classe à 11h30,par un éducateur et ce jusqu'à 13h20.

Durant ce temps, l'enfant et l'adulte reste dans l'école, à l'écart du groupe d'enfants (repas et récréation).

Pendant cette période, l'éducateur engage une réflexion avec l'enfant sur les causes de sa mise à l'écart et sur les solutions envisagées (par l'enfant) pour permettre son retour dans le groupe.


A la suite de ce travail, l'éducateur transmet un rapport au responsable du service, avant la convocation des parents, afin que les informations nécessaires puissent être utilisés par le référent, lors de l'entretien avec la famille.

 

Selon la situation, l'enfant peut se voir exclu physiquement de la cantine, ponctuellement ou définitivement, si son comportement le nécessite.

 

Reste la mise en pratique...

Partager cet article

Repost 0
Marcel

Le blog déménage